Mon parcours avec les chèvres

La ferme Mon parcours avec les chèvres
J’ai rencontré les chèvres il y a un peu plus de trente ans au hasard d’un de mes détours de voyage sous la Corniche des Cévennes ; de nombreux éleveurs y fleurissaient à cette époque, années soixante dix de retour à la terreen Ardèche, en Lozère et dans d’autres coins de France un peu perdus.
Les gens du coin les appelaient souvent les hippies ; tous ne sont pas restés, mais certains ont tenu bon et y ont fait leur vie.
La tendance de l’époque, côté chèvres, et malgré le vent de contestation qui soufflait toujours, était de choisir des troupeaux rentables et sélectionnés par l’INRA.
Des pépinières de chevrettes ultraperformantes de race Alpine Chamoisée et Saanen voyaient le jour dans ces vallées improbables où autrefois et jusqu’au début des années soixante régnait en maîtresse absolue la chèvre locale : la Chèvre du Massif Central qui ne sera réhabilitée qu’à partir de l’année 1994 date de création de l’Association de Renouveau de la Chèvre du Massif Central.
J’ai démarré mon élevage de chèvres quinze ans plus tard ( entre temps j’avais fait un long détour par l’enseignement et appris de bonnes bases en apiculture ) avec quelques chèvres du Rove, race menacée aussi, qui vient des abords de Marseille et pour laquelle un programme de sauvegarde avait démarré dans les années soixante dix.
Puis je me suis installée en 1999 comme agricultrice en bio avec une vingtaine de chevrettes du Rove et pour faire du fromage ; peu à peu le troupeau est monté à 45 mères. Des problèmes sanitaires ( la chèvre du Rove vient d’un milieu calcaire et d’un climat très sec ) et une réflexion sur la nécessité de réintroduire une chèvre locale m’ont amenée à faire évoluer mon troupeau vers la race Massif Central petit à petit entre 2006 et 2013.
En 2013 je décide d’arrêter la production de fromage et de me tourner vers la production de jeunes reproducteurs, chevreaux et chevrettes qui partent vers des élevages en création ou en reconversion.
Aujourd’hui j’élève les jeunes jusque 4 ou 6 mois et je les vends en majorité à des éleveurs.
Chaque année la Fête de la Chèvre du Massif Central permet de nous rencontrer éleveurs et public curieux de redécouvrir cette richesse du patrimoine local
Des Cévennes à l’Ardèche, de la chamoisée de l’Inra à la Chèvre du Massif Central en passant par la Rove, voilà mon parcours de presque quarante ans avec la chèvre, animal curieux, indépendant et aussi très affectueux .

chèvres

Les chèvres

Cliquez sur la photo ou sur le titre pour accéder aux photos des chèvres

 

 

chervre6

Back to top